La bonne santé financière du Département confirmée !



L'agence de notation Fitch Ratings a récemment confirmé la note "AA" du Département du Val d'Oise qui certifie la bonne trajectoire des finances départementales depuis plusieurs années. Le désendettement progressif et la dynamique des investissements conduits par notre Majorité sont notamment salués.


Le maintien de cette notation positive est gage d'une gestion saine et responsable de la collectivité et confirme que notre trajectoire ambitieuse en matière d'investissement est pertinente malgré un contexte national difficile. En effet, Fitch a même donné une note "AA+" au Département du fait de l'amélioration de la capacité de désendettement avant de la réduire à "AA" à cause de la note souveraine de l’Etat français "AA/négative".


Madame la Présidente, Marie-Christine Cavecchi s'est réjouie de cette notation : « En janvier dernier, l’agence de notation Fitch avait relevé notre note à AA, une première depuis 2012. Je me félicite aujourd’hui, qu’à l’occasion de sa revue semestrielle, nous gardions cette même dynamique dans un contexte économique sensible. Il s’agit d’une reconnaissance forte de notre travail pour une gestion budgétaire responsable et ambitieuse dans l’intérêt des Valdoisiens. Nous restons, malgré tout, très vigilants sur les mois à venir du fait du grand nombre de décisions de l’Etat impactant nos finances départementales et de l’envolée des prix des matières premières que toutes les collectivités et les Français subissent ces derniers mois ».


Une gestion saine et ambitieuse !


Dans son communiqué, Fitch souligne que le Département maîtrise bien ses dépenses de fonctionnement (+2,3 % entre 2017 et 2021) qui augmentent moins vite que les recettes, et ce malgré la crise sanitaire et ses conséquences locales.


De plus, l'agence note le dynamisme des recettes issues des droits de mutation à titre onéreux en 2021 au regard de l'attractivité du Val d'Oise à proximité de Paris mais aussi la prudence du Département avec une baisse évaluée à hauteur de 8% en 2022.


En outre, les importants efforts de la collectivité en matière de désendettement sont salués avec un objectif de baisser la dette jusqu’à 824 millions d’euros d’ici fin 2022 et une capacité de désendettement du Département (dette nette ajustée / épargne de gestion) qui devrait rester durablement inférieure à six années sur la période 2022-2026.


Enfin, la trajectoire sereine du Département en matière d'investissement avec un cap de 1,6 milliard d'euros fixé d'ici la fin du mandat est saluée avec, dès 2022, une enveloppe de 234 millions d'euros fléchée en direction du Plan Marshall des collèges et des mobilités notamment (Plan vélo).


Des hausses de dépenses non compensées par l'Etat


Face à l'inflation et les difficultés en matière de pouvoir d'achat, le gouvernement a décidé diverses mesures sans compensations ayant des impacts directs sur les budgets locaux qui doivent déjà faire face à la hausse des factures énergétiques (hausse du point d'indice des fonctionnaires, mise en œuvre du Ségur de la santé, hausse des prestations sociales dont le RSA et du SMIC...).


Ces décisions unilatérales ont des répercussions sur les finances locales et représentent un coût supplémentaire évalué à 8 millions d'euros pour notre collectivité.


Néanmoins, notons que notamment les députés de l'opposition dont Les Républicains soutenus par les associations d'élus comme l'Assemblée des Départements de France sont parvenus à faire adopté en un amendement prévoyant la compensation intégrale par l'État de l'augmentation du point d'indice dans la fonction publique territoriale, en Commission des finances de l'Assemblée nationale contre l'avis des députés de la Majorité présidentielle. Peut-être une évolution positive qui sera débattue en séance très prochainement.

Billets récents
Archives